Legir › Fiche guide

Pour la lecture de l’occitan

Voyelles :

a, finale atone (a, as, an) se prononce o dans la majorité des régions : una filha, las filhas cantan.

e, ê, se prononcent é fermé : negre, sénher.

o, ó se prononcent ou : flor, solelhós.

è, ò, très ouverts ,(certains parlers diphtonguent ò en ouo, oua, oue) ne se rencontrent que sous l'accent tonique : pèl, pèira, òme, pòrta (mais pelar, peirós, omenet, portal).

u a le même son qu'en français.

Diphtongues :

L'occitan connait : au, èu, eu, iu, òu, oü le u est la semi-consonne (w).
Il a également ai, èi, ei, òi, oï oü ï se prononce (y).

Dans le groupe uò, u a généralement évolué jusqu'à (y) : fuòc, buòu.

Consonnes :

h sert à noter la palatalisation. On a ainsi : nh, Ih (banhar, filha) où nh = fr. gn ; lh = fr. ill.
mais à la finale le son est dépalatalisé : banh = (ban), filh = (fil).

gn correspond à mn : signar.

ch et j, g (devant e, ïi) correspondent aux sons (tch) et (dj) : lach, jaça.

r final ne s'articule pas : cantar, venir.

n final ne s'articule qu'en provençal : pan (pa), vesin (bézi). L'occitan moderne ignore les voyelles nasales,

v est dans tout l'Ouest de l'occitan confondu avec b : cantava, vaca (cantabo, baco).

bl se prononce pl.

tl se prononce -l.l- : espatla, mòtle.

Accent tonique :

L'orthographe en rend compte ainsi :

1 ) les mots terminés par une voyelle ou voyelle plus s sont accentués sur l'avant-dernière syllabe ;

2 ) les mots terminés par une consonne autre que s ou une diphtongue sont accentués sur la dernière syllabe.

3 ) Les exceptions à ces deux règles portent un accent graphique.

4 ) Les mots terminés par une voyelle plus n sont accentués :

- sur la dernière syllabe, si ce sont dès noms : canton,

- sur l'avant-dernière, si ce sont des verbes : cantèron.

Les exceptions portent l'accent graphique.

Remarque complémentaire :

Dans la prononciation de la plupart des parlers languedociens, s final ne persiste que devant c dur, p et t : los camins, los prats, las taulas. Il se vocalise en í devant les autres consonnes : las flors (lai flous), aquelas montanhas (aqueloï mountagnos), los rasims (louï razins), etc... Tel est l'usage dans la plus grande partie du domaine languedocien, mise à part la région orientale (parlers biterrois et montpelliérains) où s final persiste dans tous les cas.